Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 02:16

 

 

 

 

 

 

Mobile Acces

 

 

Soyez acteurs concrètement !

 

1 partage = 30 secondes  de votre temps précieux pour faire connaitre la vérité

 

Grace à votre soutien dans 3 mois d' 1 million de personnes seront averties !!


Soit 48 millions en 6 mois !!

 

Repost 0
Published by savoircomprendre - dans CONSOMMATION
commenter cet article
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 00:03

 

 

 

 

 

Mobile Acces

 

 

Soyez acteurs concrètement ! Partagez


Repost 0
Published by savoircomprendre - dans CONSOMMATION
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 02:03

 

Le site américain Business Insider a regroupé certaines des caractéristiques des supermarchés dont le dessein est de nous pousser à acheter encore et toujours plus de choses :

 

Le Caddie a été créé en 1938, pour permettre aux clients d’acheter plus de choses, et en plus grandes quantités.


Les produits dégageant les marges les plus importantes, comme la boulangerie, le rayon traiteur et les fleurs, sont placés à l’entrée du magasin dans la plupart des supermarchés. Lorsque nous pénétrons dans la grande surface, notre caddie est vide… et notre tendance à acheter est d’autant plus grande.


De plus, ces produits dégagent des odeurs, qui font travailler nos glandes salivaires, et nous poussent à multiplier nos achats d’impulsion. Ces odeurs nous mettent aussi d’excellente humeur… pour remplir notre caddie avec plus d’entrain.

 

supermarche.jpg


En revanche, les produits les plus importants, comme les produits laitiers, et d’autres produits de base, se retrouvent sur le mur du fond, pour nous obliger à traverser tout le magasin pour aller les chercher.

 Une fois que les clients sont engagés sur la piste « de courses » du supermarché, ils sont conditionnés pour visiter tous les rayons, du début jusqu’à la fin, sans dévier.


La plupart des supermarchés sont conçus pour que les clients se déplacent de la droite vers la gauche. Ce flux se duplique avec la conduite à droite, et de la même manière, nous sommes plus susceptibles d’acheter les articles placés sur les étagères de droite.


Les articles que le magasin veut nous inciter à choisir sont ceux qui se trouvent à notre hauteur visuelle. Ce sont souvent les produits de marque les plus chers…


Il n’oublie pas non plus les enfants : les produits qui peuvent attirer leur attention, comme les bonbons, et autres produits sucrés, par exemple, sont placés à leur portée. De cette façon, nos chères têtes blondes peuvent les attraper et demander à leurs parents de les leur acheter.


Les stands de dégustation et les autres attractions du genre foires et festivals sont autant d’occasions de nous faire découvrir plus de produits, mais aussi de ralentir notre cadence.


L’espace est important. Dans un magasin bondé, les gens passent moins de temps, font moins d’achats d’impulsions, achètent moins d’articles, et sont moins sociaux et plus nerveux. Les Asiatiques sont les plus tolérants à la foule, alors que les Britanniques sont ceux qui le sont le moins.


Les couleurs chaleureuses attirent les gens vers les magasins. Les couleurs froides, comme le bleu franc, encouragent l’attention et conduisent à augmenter les ventes.


Les études ont montré que les musiques à rythme lent incitaient les gens à prendre leur temps et à dépenser plus d’argent. La musique à fort volume sonore accélère leur cadence de déplacement dans le magasin, sans affecter les ventes. Et la musique classique leur fait acheter des articles plus chers.


La zone la plus rentable du magasin est celle qui entoure les caisses. Après quelques moments passés dans la queue, nous commençons à succomber aux bonbons et à feuilleter les magazines qui y sont exposés…


C’est le moment de sortir la carte de fidélité. Tout en nous permettant de saisir des opportunités, cette carte permet de s’assurer de notre régularité à revenir dans le magasin. Elle permet également d’accumuler des informations concernant nos habitudes d’achat.

 

J'en veux + 


 

Repost 0
Published by savoircomprendre - dans CONSOMMATION
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 20:49

 

 

On vient d’apprendre que des abattoirs britanniques exportent sciemment de la viande de bœuf contaminée à la tuberculose vers des cantines et des hôpitaux en France, en Belgique et aux Pays-Bas.

 

Le plus extraordinaire, c’est que tout ceci est parfaitement connu des autorités d’outre-Manche :

 

a)- les animaux testés positifs à la tuberculose sont en effet retirés des troupeaux afin d’éviter d’autres contaminations, moyennant une compensation de l’État à l’éleveur ;

 

b)- une agence vétérinaire publique (Animal Health and Veterinary Laboratories Agency) les revend ensuite, en toute connaissance de cause, à un abattoir du Sommerset, filiale du grossiste en viande irlandais ABP UK.

 

c)- les carcasses sont ensuite exportées sans étiquetage particulier.

 

Bien entendu, les médias français qui relayent cette information aujourd’hui :

  

a)- s’empressent d’expliquer que le risque de transmission

« serait faible ».

Dûment chapitrés, probablement, par les services de “communication” de la Commission européenne, Le Figaro, RTL, et consorts, se sont empressés de nous assurer

 

- que « le risque de transmission de l’animal à l’homme est jugé très faible mais pas nul »,

- que « le développement de la tuberculose peut prendre des années »,

- qu’il est de toute façon « difficile de remonter à la cause de contamination »,

- que « le lait peut être aussi porteur de la bactérie »,

- et en définitive que «l’agence de santé du Royaume-Uni a lancé une nouvelle étude pour tenter d’établir l’origine des cas de contamination récente à la tuberculose.»

 

Et le bon peuple est censé être rassuré par ces explications lénifiantes.

 

b)- mais les mêmes médias gardent un silence absolu sur le fait que ce nouveau scandale n’est rendu possible que par l’existence du marché unique européen.


 

beef.jpg


Je rappelle en effet :

 

que le marché unique européen s’étend aux produits agricoles en vertu de l’article 32 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE)

 

Article 32

 

1. L’Union définit et met en œuvre une politique commune de l’agriculture et de la pêche. Le marché intérieur s’étend à l’agriculture, à la pêche et au commerce des produits agricoles.

 

que ce marché unique européen oblige les entreprises agricoles à l’augmentation constante de leur profit, en vertu de l’article 39 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE)

 

Article 39

 

La politique agricole commune a pour but:

 

a) d’accroître la productivité de l’agriculture en développant le progrès technique, en assurant le développement rationnel de la production agricole ainsi qu’un emploi optimum des facteurs de production, notamment de la main-d’œuvre.

 

CONCLUSION : LE « MARCHÉ UNIQUE EUROPÉEN » DIRECTEMENT RESPONSABLE

 

Je rappelle que, qui dit « marché unique européen » dit politique constante de la Commission européenne – et notamment du Commissaire en charge du Marché intérieur – de lutter contre ce que la Commission appelle les

« égoïsmes nationaux » et les « tentations protectionnistes » des États membres.

 

Dès lors, toute restriction aux échanges à l’intérieur de l’UE est interdite

 

(notamment les étiquetages de provenance) et toute clause de sauvegarde pour raisons sanitaires est vue avec suspicion et ne peut être entérinée – on l’avait vu avec la « crise de la vache » – qu’après une étude de la Commission elle-même, après saisine d’un ou plusieurs États membres.

 

Telle est la raison fondamentale pour laquelle les viandes porteuses de germes, bacilles ou virus variés peuvent si facilement être exportés du Royaume-Uni vers les autres pays de l’UE, et notamment vers la France. (Notons que le cheptel bovin français est indemne de la tuberculose).

 

Pour empêcher les Britanniques de vendre de la viande tuberculeuse aux cantines de nos écoles, il va falloir entamer un parcours du combattant, qui durera certainement plusieurs semaines sinon plusieurs mois, pour obtenir de la Commission le droit de le faire…

 

Mais gare à vous ! Si vous n’êtes pas d’accord, c’est que vous êtes d’extrême-droite et que vous n’avez pas compris que « l’Europe c’est la Paix ».  Pardi !

 

 

Auteur François ASSELINEAU sur son site l’UPR.FR

 

 

Repost 0
Published by savoircomprendre - dans CONSOMMATION
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 00:24

 

 

 

Mobile Acces

 

 

Soyez vigilant et partagez la nouvelle arnaque du commerce

avec vos amis


Repost 0
Published by savoircomprendre - dans CONSOMMATION
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 03:19

 

 

On a tous en tête une image publicitaire du Big Mac.


 

Il est vrai que la photo est belle : 1 pain grillé au sésame, 2 steaks hachés cuits à point, du fromage fondant, quelques feuilles de salade bien verte, des cornichons, des mini-bouts d’oignons et une sauce qui dégouline légèrement. Ça c’est sur la photo. Et ça peut effectivement faire envie…


La réalité est tout autre.Tout est plus petit, beaucoup moins coloré, beaucoup plus ratatiné sous la tranche de pain ! La salade s’éparpille et le fromage colle à l’emballage…

 

 

Le Big mac c’est bourré d’additif on trouve même les plus dangereux

à éviter à tout prix !

 

 

big-mac.jpg

 

 

Azodicarbonamide (E927a),

propionate de calcium (E282),

propionate de sodium (E281), 

mono et diglycérides (E471), 

acide citrique (E330),

phosphate de sodium (E338),

acide lactique (E270),

l’acide acétique (E260),

pyrophosphate de sodium (E450), 

polysorbate 80 (E433), 

benzoate de sodium (E211), 

disodium EDTA,

sulfate d’aluminium (E520).

 

 fiche pratique

 

 Alors effet marketing ou simplement désinformation

à vous de choisir !!

 

Pour en savoir +

 

Repost 0
Published by savoircomprendre - dans CONSOMMATION
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 01:55

 

 

 

 

 

Mobile Acces

 

Faites plaisirs à vos amis - partagez vos découvertes


Repost 0
Published by savoircomprendre - dans CONSOMMATION
commenter cet article
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 01:46

 

 

 

 

 

 

 

Avec seulement 1 partage pour 30 secondes  de votre temps précieux pour faire connaitre cette information

 

Vous serez chacun à l'origine dans 3 mois d' 1 million de personnes averties !!


Soit 48 millions en 6 mois !!

Mobile Acces

 

Repost 0
Published by savoircomprendre - dans CONSOMMATION
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 03:00

 

Avoir un potager pourrait bientôt devenir un acte répréhensible. Une nouvelle loi proposée par la Commission européenne souhaite l’illégalité de la pousse, la reproduction ou la vente des semences de végétaux qui n’ont pas été testées et approuvées par une nouvelle autorité (l’Agence européenne des variétés végétales). En criminalisant la culture privée de légumes, la Commission européenne remettrait le contrôle de l’approvisionnement alimentaire à des sociétés comme Monsanto.


« Nous voulons rester libres de manger ce que nous voulons et ce que nous cultivons et libres de cultiver les variétés anciennes. » Ces mots sont ceux de Damien, l’un de nos internautes qui nous a écrit via notre page ‘Alerte-nous’ pour rappeler qu’une marche pacifique mondiale aura lieu ce samedi 25 mai contre ‘Monsanto’. En Belgique, la mobilisation aura  lieu ce 25 mai à 16h à Bruxelles (place de la Bourse) et à 14h à Anvers.

 

Les deux groupes Facebook réunissent plus de 3000 participants pour le double événement. « Monsanto » est un géant américain producteur de semences génétiquement modifiées. Pour les militants d’aujourd’hui, il s’agit principalement de dénoncer une nouvelle loi proposée par la Commission européenne qui veut rendre illégal le fait de faire pousser, de reproduire ou de vendre des semences de végétaux qui n’ont pas été testées, approuvées et acceptées par une nouvelle autorité (l’Agence européenne des variétés végétales). Bref, les jardiniers qui cultivent leurs propres plantes à partir de graines non réglementées seront considérés comme des criminels en vertu de cette loi.


 

monsanto_pic.jpg

 


L’exemple américain ne donne pas espoir

La Commission balaie les critiques en assurant que les petites entreprises et certaines semences de niche seront exemptées des obligations coûteuses de tests et d’enregistrement. Mais les petits acteurs du secteur s’insurgent contre des propositions qu’ils jugent taillées sur mesure pour les poids lourds de l’industrie semencière (Monsanto, Pionner, Sygenta et Dupont).

Ils en veulent pour preuve les Etats-Unis où les anti-OGM dénoncent le « Monsanto Protection Act »: un amendement glissé dans une loi budgétaire pour l’agriculture qui indique que la justice américaine ne pourra plus s’opposer aux mises en culture de plantes génétiquement modifiées, même si leur homologation est contestée devant un tribunal.


Indignation

Les eurodéputés verts promettent quant à eux de combattre une proposition « contreproductive et dangereuse »: « La biodiversité est en danger. Les multinationales ont focalisé leurs efforts sur la création de plantes à haut rendement, mais qui sont fragiles. Elles ne peuvent subsister que dans un environnement artificialisé dépendant des engrais chimiques et des pesticides, donc du pétrole« , affirme José Bové.

Un avis partagé par notre internaute Damien: « Monsanto cherche à privatiser comme d’autres multinationales les semences, ce qui mettrait en péril notre indépendance, notre souveraineté et notre sécurité alimentaire en tant que consommateur et producteur. On pourrait croire que cela touche seulement les agriculteurs, mais pas du tout. Ces multinationales font pression dans les plus hautes sphères politiques de l’Europe à tel point que les petits jardiniers belges pourraient se trouver dans l’illégalité de semer leur propre variété récoltée d’année en année. »

 

Le don interessé de Monsanto à Haïti ?

Début mai 2010, la firme américaine Monsanto a annoncé un don à Haïti de 475 947 kilos de graines hybrides de maïs et de légumes. Explications sur le site Internet de la firme: « Nous pensons que l’agriculture est la clé pour la récupération d’Haïti sur le long terme. »

En Haïti, les paysans accusent Monsanto de vouloir mettre la main sur l’agriculture locale. En effet, les graines de maïs de Monsanto ne pouvant être re-semées, les agriculteurs devront en racheter à Monsanto les années suivantes.

 

J'en veux + 

 

Soyez acteurs concrètement !

 

1 partage = 30 secondes  de votre temps précieux pour faire connaitre la vérité

 

Grace à votre soutien dans 3 mois d' 1 million de personnes seront averties !!


Soit 48 millions en 6 mois !!


 

Repost 0
Published by savoircomprendre - dans CONSOMMATION
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 03:11

 

 

 

 

 

J'en veux plus

Encore plus

Partagez pour mieux déguster avec vos amis

Mobile Acces

Repost 0
Published by savoircomprendre - dans CONSOMMATION
commenter cet article

  • : Le blog de savoircomprendre
  • Le blog de savoircomprendre
  • : ce blog a pour objectif de permettres a chacun de passer 1 moment agreable et de revenir puisser regulierement des infos diverses pour son plaisir
  • Contact

Google-Translate-English to French Traduire français en Arabic Google-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Arabic Traduire français en Arabic Traduire français en Croatian Traduire français en Czech Traduire français en danish Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Korean BETA Traduire français en Norwegian Traduire français en Polish Traduire français en Portuguese Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA Traduire français en Spanish Traduire français en Swedish

L' Article Que Vous Cherchez

google+  facebook  twitter  rss

Vieux Et Bon